Visite du site archéologique de Saint-Blaise

Visite du site archéologique de Saint-Blaise

L'une des plus anciennes cités de Provence

Ce n’est pas tous les jours que l’on a l’occasion d'aller se promener parmi les vestiges d’une des plus anciennes agglomérations de France : au site archéologique de Saint-Blaise, les époques défilent au rythme de nos pas, et c’est l’histoire de la Provence qui revit sous nos yeux.

Situé dans l’actuelle commune de Saint-Mitre-les-Remparts, sur un plateau rocheux à l’extrémité nord de la tranquille forêt de Castillon entre les étangs de Citis et Lavalduc, le site classé historique témoigne de la longue existence d’habitats disparus : un vaste oppidum gaulois protégé par une enceinte (VI-IIe siècle av. J.-C.), la ville tardo-antique d’Ugium (IVe-IXe siècle ap. J.-C.), et le castrum (camp romain) de Castelveyre (XIIe-XIVe siècle).

Plus étonnant encore, plusieurs archéologues s’accordent sur le fait que la fondation de Marseille se serait décidée ici-même… Des découvertes récentes mènent à confirmer les hypothèses déjà avancées que ce site aurait été la capitale des Ségobriges, lieu de la mythique union entre la princesse gauloise Gyptis et le marin grec Protis. Pour célébrer cette union, Nannos, roi de la tribu et père de Gyptis, offrit une terre aux jeunes mariés pour fonder une ville, qui deviendra celle de Massalia ; Marseille. De quoi agrémenter l'ambiance déjà mystérieuse de cet endroit d'une part d'aventure...

Chapelle Saint-Blaise

La chapelle Saint-Blaise de Castelveyre

La chapelle Saint-Blaise

En commençant notre balade, nous arrivons en face de la chapelle romane provençale de Saint-Blaise dont le site tient son nom, datant du XIIe siècle, restaurée au XIIIe siècle et dont la façade a été refaite en 1608. Elle est environnée de tombes médiévales. La tombe de l’archéologue Henri Rolland qui travailla sur le site de 1935 à 1970, date de sa disparition, se trouve au pied de l'autel. Aujourd’hui désacralisée, elle n’a plus de cloche mais a conservé un mobilier réduit à quelques bancs, un autel en pierre, des images pieuses, une statuette de Notre Dame de Vie et deux crucifix .

On accède par la suite au site archéologique en entrant par le mur d'enceinte du XIIIe siècle, qui délimite ce que fut la cité médiévale de Castelveyre.

Remparts

La ville basse et ses remparts

La Ville basse

Une fois à l’intérieur du site, on découvre un très beau rempart de 6 mètres de hauteur et 400 mètres de longueur qui entoure la ville. Datant de la période hellénistique, donc construit au style grec, il est à l‘image de la muraille qui défendait Marseille à cette époque, et servait à impressionner la riche cité grecque en montrant l’expansion des tribus gauloises sur le territoire.
Plus on se rapproche de la porte principale de l’oppidum gaulois et de la ville basse, plus les stèles abondent, pour la plupart identiques à celles trouvées sur le site de Glanum. Sont également visibles les vestiges d'une église chrétienne datée du Ve siècle après J.-C.

Tombes rupestres

Les tombes rupestres creusées dans le calcaire

Les tombes rupestres

En sortant des remparts et en poursuivant notre chemin le long de la clôture, s’ensuit un parcours à travers une nature foisonnante. On tombe alors sur un lieu hors du temps, où l’air du passé est palpable dans cette clairière doucement éclairée d’une lumière légèrement filtrée à travers les feuilles d’oliviers. En pénétrant dans cette partie au Nord-Est du site, on ressent tout de suite un frisson, comme si un esprit veillait sur les lieux. La dense garrigue jonche d’anciennes sépultures, et un parfum de quiétude nous envahit.
On découvre d'abord une bergerie du XVIIIe siècle, aujourd'hui abandonnée ; puis, sculptées dans la pierre, 300 tombes rupestres de la période tardo-antique (Ve siècle), dont certaines ensevelies dans la forêt environnante. Celles-ci furent installées dans une carrière de calcaire après qu’elle fut creusée pour construire la cité.

étang rose d'Engrenier

L'étang rose d'Engrenier

L'étang d'Engrenier

En revenant vers la ville haute, on n'hésite pas à se rapprocher de la falaise de l’oppidum qui offre une vue imprenable sur l'étang d'Engrenier. Les étangs autour du site, riches en sel, permettaient à l’époque aux communautés Ségobriges de s’enrichir en l’exploitant et en le négociant auprès de leurs voisins Grecs et indigènes. Depuis l’Antiquité, le taux de salinité exceptionnel de cette zone en fit un carrefour stratégique qui permit à des sites comme Saint-Blaise de s’enrichir à travers le commerce du sel. La présence d'un crustacé microscopique, l'« Artemia salina » qui se développe dans les eaux où la concentration de sel est forte, donne à l'étang une couleur rose spectaculaire. Selon les saisons et si on a de la chance, on pourra même apercevoir flamants roses, foulques, colverts, hérons cendrés...

Bergerie site archéologique Saint-Blaise
 

Vous pouvez réserver une balade archéologique autour de Saint-Blaise et sur tout le massif de Castillon ainsi que des visites guidées à thème autour de l’étang du Pourra toute l’année auprès de l’Office de Tourisme du Pays de Martigues. Vous serez également à deux pas du sentier Entre Mer et étangs qui vous permettra de rejoindre Port-de-Bouc au sud en longeant la mer.

Entrée libre et gratuite, ouvert du mardi au dimanche inclus.
Du 1er novembre au 31 mars : de 8h30 à 12h et de 13h30 à 17h.
Du 1er avril au 31 octobre: de 8h30 à 12h et de 14h à 18h.

Visite guidée gratuite et sans réservation tous les dimanches à 14h30 sauf en juillet et en août ainsi que pendant les vacances de Noël, rendez-vous à l'entrée du site. Accès réglementé du 1er juin au 30 septembre en fonction du niveau de risque de feux de forêt.

Derniers articles