LES JEUNES FONT LEUR MUSÉE AVEC OSEZ L INTERDIT

L'exposition soulève des questionnements divers : Qui a le droit d'interdire? Comment l'interdit nous affecte-t-il selon notre âge ou notre genre ? Et enfin, pourquoi et comment s'en émanciper? Les jeunes commissaires ont souhaité questionner certains concepts clés tels que l'autorité, ses figures et leur contestation, les normes imposées de genre dont sont issues les inégalités entre femmes et hommes ou encore la désobéissance civile.

En collaboration avec les équipes du Mucem, les collégiens ont conçu étape par étape le contenu de cette exposition. De la définition du sujet au choix des objets, en passant par la conception du parcours scénographique et jusqu'à la rédaction des textes de médiation, les élèves ont fourni un rigoureux travail de commissariat entre septembre 2018 et avril 2019.

Les textes liés aux objets ont été traités sous forme de fiction par les élèves. Ce choix vise à donner vie aux objets, à casser les codes de la pratique muséale, et enfin à libérer la parole de nos commissaires en herbe.
De concert avec ces jeunes commissaires, l’exposition a avant tout été conçue comme une ode à la liberté. Alors, osez l’interdit !

Cage à oiseaux Sfax Tunisie

L'interdit ça pique !

Dans un premier temps, les élèves ont souhaité interroger la matérialité de l'interdit. Quelle est sa texture? Quelle est sa couleur? Quelle est son odeur? De quelle matière est-il fait? Voilà autant de questions que nos commissaires ont souhaité soulever.

Leur réflexion autour de l'interdit les a également amenés à considérer l'ambivalence de cette notion. Ainsi, l'interdit leur est apparu comme un élément qui contraint mais qui peut aussi constituer une protection. C'est cette ambigüité que viennent illustrer les objets réunis dans cette partie.
Attention, un interdit peut en cacher un autre !

Non aux abus de pouvoir!

L'axe central de cette partie est : Qui a le droit d'interdire?
Les commissaires ont choisi de se pencher sur des figures telles que celles du maître d'école, du pouvoir judiciaire, des farces de l'ordre ou des autorités politiques. Les élèves interrogent ici la légitimité des interdits qu'elles imposent et soulignent la nécessité de parfois résister quand l'autorité se fait excessive.
La suggestion des commissaires: indignez-vous !

Prière de ne pas interdire aux jeunes

« Pourquoi nous impose-t-on autant d’interdits ? » Par l’intermédiaire de cette interrogation, les commissaires disent ici la présence trop prononcée de l’interdit dans leurs vies.
Si les interdits leur sont inculqués depuis le plus jeune âge par les contes et les histoires qu’ils lisent, ces contes montrent également des personnages qui ont soif de liberté, et qui finissent bien souvent par transgresser les interdits qu’on avait cherché à leur imposer.
Les élèves réclament donc moins d’interdits car ils sont des entraves à leur liberté et veulent inciter les autres jeunes à prendre la parole.
Alors jeunesse, exprime-toi !

Le rose qu’on nous impose

L’éducation, dispensée par les parents, mais aussi l’école, participe de la transmission et surtout de la permanence des stéréotypes de genre. L’objectif de nos commissaires est de montrer qu’en tant que femme et en tant qu’homme, nous nous imposons et nous interdisons à la fois certaines manières d’être, d’agir, de nous vêtir et de nous exprimer, consciemment ou non.
La volonté des élèves est notamment de montrer que certaines normes de genre entretiennent les inégalités entre les femmes et les hommes. Ainsi, même si la situation a évolué en la matière, elle reste encore déséquilibrée.
Alors agissez pour plus d’égalité !

Résiste

Les élèves postulent qu’il est justifié de transgresser des interdits dès lors que nous les considérons comme injustes ou infondés. L’objectif de cette désobéissance s’inscrit avant tout dans une quête de liberté.
Ils ont également sélectionné des objets qui illustrent le caractère protéiforme de la désobéissance. En effet, la désobéissance peut incarner la manifestation d’un désaccord politique, (porte-voix, pancartes) une expression artistique (objets graffés) ou la remise en cause des codes établis (panneaux de musées).
Et si vous aussi, vous luttiez pour votre liberté ?

Evénement

Dans le cadre de la Nuit des musées le samedi 18 mai, ouverture exceptionnelle de 18h à 21h :
Visite de l’exposition « Osez l’interdit » en présence des élèves de la classe de 3e B du collège Coin Joli Sévigné, et visites guidées de l’appartement témoin et des grandes réserves.

Infos pratiques

Infos pratiques

Centre de conservation et de ressources
1, rue Clovis Hugues 13003 Marseille
04 84 35 14 23 (du lundi au jeudi)

Exposition gratuite
Horaires d’ouverture : du lundi au vendredi de 9h à 12h30 et de 14h à 17h
Fermeture les week-ends et jours fériés.

Derniers articles