Parcours BD et rendez-vous insolites à Aix

9 expositions inédites

Créations originales, elles invitent les artistes à produire des images qui débordent le champ de la bande dessinée pour constituer un parcours graphique au cœur de la ville. Elles donnent lieu sur place à des rencontres privilégiées avec les artistes et sont le socle sur lequel les temps forts du festival prennent racine...

Des temps forts pour tous

Les temps forts du festival reposent sur des invitations lancées par les artistes associés à la programmation. Ils prennent la forme de productions communes, de jeu, d’ateliers croisés, de performances en direct ou de grands rendez-vous insolites, mêlant plateaux d’auteurs et grand public.

Rendez-vous, pour commencer, le samedi 6 avril pour l'ouverture des principales expositions aixoises. À 18h, Tête à tête avec Melle LaTarte. Caroline Sury vous propose une visite de ses différentes installations. L’occasion de boire un verre ensemble et de régler son compte à Monsieur Psycojumbo. Une soirée sous le signe de #balancetonelephant.
Ou vous pouvez aller à la soirée Sous-Blocks collection. Apéro-rencontre, dans une ambiance de tournée générale, Laurent Lolmède nous invite à découvrir le Sous Bockisme. L’occasion de repartir avec un original collector ou de se faire signer le premier livre imprimé de sous-bocks illustrés !

À ne pas rater, le show Andy Warhol, le 13 avril à 18h ! Typex imagine pour sa venue un live painting musical au coeur du dispositif de son expo, un peu sur le format des fameuses soirées à la Factory d’Andy Warhol. L’auteur ramène dans sa valise un autre artiste de la scène graphique hollandaise : Sam Peeters illustrateur et performer de renom à Amsterdam. Et le groupe Drive Simone débarque avec machines et amplis pour revisiter le répertoire du Velvet Underground. Projections de couleurs et riff de guitares au programme de cette soirée.

Autre temps forts, le Jeu en ville de Sophie Guerrive en est un premier aperçu. Allez y avec vos enfants, qui s'amuseront, à partir du 4 mai, avec leur chasse aux trésors, à trouver des cartes à collectionner, série de personnages ludiques et loufoques où les visages se mélangent et s’assemblent, tout au long de votre parcours. Ou, toujours pour les plus jeunes, le grand Coloriage le 8 juin, fresque géante à colorier de plus de 10 mètres de long, en haut du cours Mirabeau.

Le samedi 11 mai de 14h à 19h, un après-midi proposé autour de l’expo Haircut Football Club où un mercato d’auteurs invités s’affronte dans des matchs de dessins et des tirs aux buts de coloriages. Un nouveau derby de la bande dessinée avec plusieurs mi-temps de dédicaces et rencontres.

Découvrir tous les temps forts et rendez-vous ici

Étape 1 : Cité du Livre

Andy Warhol de Typex du 6 avril au 25 mai

L’univers du roi du Pop Art revisité pour la première fois en bande dessinée. Le dessinateur hollandais Typex crée l’événement avec cette biographie monstre d’Andy Warhol et imagine pour le Festival une exposition inédite - 300 m2 de Pop culture.

Surnommé le Pape de la Pop, Andy Warhol (1928-1987) est un des artistes les plus célèbres du XXe siècle. Typex aura mis cinq ans pour compiler cette biographie graphique impressionnante sur plus de 500 pages. Dans cette appropriation brillante, le dessinateur ne se contente pas de raconter la vie de l’artiste, il anime sous son crayon toute une époque, dans un festival d’esthétiques en écho à son oeuvre multiple et ses procédés en série. Complexe, ambivalent, fascinant, Andy Warhol reste une énigme, un visionnaire dont la création
préfigure la place de l’art et de l’image dans nos sociétés communicantes.

En suivant une trame chronologique découpée en dix périodes, Typex caractérise l’identité graphique de chaque époque, s’inspirant de l’oeuvre et des revues contemporaines. Au gré des références, il resserre les imbrications entre la vie personnelle de l’artiste et sa création.

Étape 2 : Musée des Tapisseries

Un matin avec Mademoiselle Latarte - Caroline Sury du 6 avril au 19 mai

Avec cette fable contemporaine, Caroline Sury nous propose une exposition où se mélangent dessins tordus, découpages et installations en volume. L’auteure nous entraîne dans une étrange histoire d’amour.

Melle Latarte est amoureuse. Chaque matin, elle se réveille aux côtés de son nouveau compagnon, un éléphant au charisme envoûtant. Au début, Psycojumbo apparaît comme une personne brillante au caractère bien trempé, mais il se révèle peu à peu, non seulement écrasant, mais également inquiétant. Alors en proie à une grande confusion, Mademoiselle Latarte, aidée des sept jokers, va rassembler toutes ses forces pour se débarrasser de lui.

L’exposition met en scène cette histoire aux allures de fable, où l’on navigue entre intime et universel. Si l’auteure de Bébé 2000 et de Cou tordu ne se prive généralement pas de parler d’elle, elle parvient à injecter ici la pointe d’humour nécessaire pour déjouer le pathos. D’autant que son dessin, toujours percutant et vibrant, suffit à nous entraîner dans des territoires d’angoisse réellement perceptibles.

Caroline Sury accompagnée de l’artiste Ludovic Ameline triturent des images, mettent en volume des dessins, animent de grands découpages pour vous raconter d’une drôle de manière cet étrange univers.

Étape 3 : Office du Tourisme

Americana - Hugues Micol du 6 avril au 25 mai

L’appel des grands espaces et le souffle de l’aventure dans une exposition monographique consacrée au talentueux Hugues Micol. Un road-trip imaginaire comme une virée dans l’Amérique profonde.

Plaines immenses, déserts pourpres et montagnes rocheuses, l’Ouest américain est depuis longtemps un sujet qui inspire Hugues Micol. Grand amateur de westerns, fasciné dès l’enfance par l’univers rugueux de Jean Giraud, il livre ici sa propre vision des États-Unis, marquée par celles de John Ford, Howard Hawks, Kerouac ou John Fante.

Avec l’exposition Americana, Hugues Micol nous propose sa propre vision d’un nouveau Far West. Cette balade s’ouvre sur les grandes peintures de l’album «Whisky» (Cornélius 2018). Cow-boys et indiens, cactus et canyons, chapeaux et chevaux, soleil et poussière... l’auteur utilise ici des couleurs inattendues, des formes exagérées, dessine des trognes impressionnantes - des « gueules » comme l’on dit au cinéma qui créent une atmosphère singulière.

Elle se poursuit avec la présentation de planches originales du roman graphique «Scalp»; un hallucinant récit basé sur la vie du Texas Ranger, John Glanton. Un mercenaire à la tête d’une bande de tueurs d’indiens payés au scalp. Son trait, puissant rappelle les gravures de Goya, Les Désastres de la guerre, et dépeint l’implacable brutalité de l’expansion américaine, bien loin de la légende héroïque de la conquête de l’ouest.

La série «Providence» vient clôturer ce road-trip imaginaire avec une virée dans les chambres de motels les plus interlopes de l’Amérique profonde. Un travail qui s’inscrit dans la pure tradition du western-art, sous-genre de l’art pictural américain très populaire au milieu du XXe siècle.

Étape 4 : Atelier Cézanne

Facéties - Éric Lambé du 6 avril au 25 mai

Un artiste du 9e Art dans l’atelier du peintre aixois. Éric Lambé, Fauve d’or 2017 au Festival d’Angoulême s’installe chez Cezanne en résidence de création et nous livre un nouveau regard sur l’oeuvre du maître.

Le Festival renouvelle l’expérience d’inviter un auteur - illustrateur en résidence de création chez Cezanne. Partager un atelier pour nous livrer un nouveau regard, l’auteur invité joue avec les motifs qui ont durablement marqué le peintre.

Éric Lambé, Fauve d’or 2017 au Festival d’Angoulême avec Paysage après la bataille (FRMK-Actes Sud), s’installe à l’atelier pour l’édition 2019 des Rencontres du 9e Art.
De la montagne Sainte-Victoire aux carrières de Bibémus, en passant par le thème des baigneuses sur les rives de l’Arc, l’artiste se plonge dans l’histoire, les anecdotes, la richesse des compositions de Cezanne et utilise l’étendue de sa palette pour en proposer une réappropriation tout à fait personnelle.
Avec son exposition Facéties, Eric Lambé réalise une série de grands formats où il joue avec la figure du peintre et nous en dévoile une autre facette.

Étape 5 : École Intuit Lab

Exposition - Stéphane De Groef du 6 au 26 avril

Jeune et prolifique graphiste belge, Stéphane De Groef s’amuse autant de la typographie que du dessin. Armé d’une boîte de crayons de couleur, il revisite la route des motels, trace une collection de camions, transforme des fiches de modes d’emploi, fabrique des enseignes publicitaires ou ressuscite le monstre Godzilla.

Stéphane De Groef cumule plusieurs casquettes et s’installe dans le paysage graphique en développant un univers personnel et coloré, autant nourri par le design que le dessin ou l’architecture. Il est directeur artistique des éditions Tusitala, graphiste pour les Éditions Fremok et pour le collectif d’illustrations bruxellois La Limite.

L’exposition propose de découvrir une large palette de son travail. Pour les Rencontres du 9e Art, il a imaginé le visuel du Festival 2019 et ses déclinaisons. Une affiche entièrement écrite aux crayons de couleur, où l’auteur joue avec la typographie, tord les logos et envoie des émojis.

Étape 6 : Cité du Livre

Haircut Football Club - Collectif International du 7 avril au 19 mai

Le foot et les cheveux sont deux entités profondément liées l’une à l’autre. Un peu comme les crêpes et le chocolat. Une équipe internationale de dessinateurs revisite les perruques des joueurs de ballon version "Panini". Une iconographie du football entièrement relookée.

Le plus important dans le monde du football, ce ne sont pas les buts que l’on marque, ce ne sont pas les beaux gestes techniques, ce ne sont pas les trophées que l’on gagne ou que l’on perd. Ce qui restera dans l’histoire du ballon rond, ce sont les extravagantes coupes de cheveux de nos nouvelles stars.

Certains joueurs sont prêts à tout … Ils usent et abusent des dernières modes et évolutions capillaires pour se créer un look reconnaissable entre tous. S’il faut apparaître sur le fond vert, alors la coiffure devient une arme de séduction massive. Nuques longues, cheveux peroxydés, motifs sculptés, franges improbables ou crêtes en tout genre… Voilà le véritable terrain de jeu de nos idoles modernes. Leur adoration pour de curieuses chevelures oscille entre le cas clinique et la thèse philosophique.

Le Festival invite une équipe de dessinateurs à revisiter les perruques des joueurs de foot version "Panini". Un mercato d’artistes internationaux qui s’amuse à tordre le thème.

Étape 7 : Galerie Vincent Bercker

Sous-Blocks Collection - Laurent Lolmède du 6 au 27 avril

Laurent Lolmède dessine avec frénésie sur tous les sous-bocks qu’il ramasse et invite sa
famille de copains artistes à le rejoindre dans ce projet atypique.

Un dimanche, après avoir chiné des sous-bocks sur un vide-grenier, Laurent Lolmède s’est amusé à dessiner sur quelques-uns. Toujours accompagné de ses crayons fétiches rouge et bleu, le garçon y prend goût. Il s’accroche au comptoir de sa table à dessin et trace jusqu’à l’ivresse.
Poussé à la consommation par Alain Beaulet son éditeur, Laurent Lomède descend jusqu’à 200 sous-bocks pour finalement en faire un livre.

Et comme l’on n’arrose jamais seul une bonne nouvelle, il invite ses amis et collègues dessinateurs à le rejoindre sur sa tournée. Une centaine d’artistes le retrouve pour une première grosse exposition à la galerie Arts Factory (Paris). Plus de 700 sous-bocks seront réalisés pour l’occasion.

« Le Mouvement du Sous-Bockisme vient de naître, on ne l’arrêtera plus » déclare un célèbre critique d’Art.

Pour son exposition à Aix-en-Provence, Laurent Lolmède récidive. Il invite un nouveau plateau d’auteurs à le rejoindre. À l’occasion de son séjour en janvier dernier au Festival BD d’Angoulême, il écume les bars et distribue à gogo de nouveaux sous-bocks à customiser. Tout le monde en parle. Une véritable happy-hour du dessin libre, du coloriage sans contrainte. Laurent Lolmède fédère et crée l’addiction.

C’est le résultat de cette tournée générale que l’exposition vous propose de découvrir. Une sélection des plus beaux sous-bocks du maître de cérémonie en compagnie de ce qui se fait de mieux sur la scène graphique contemporaine.

Étape 8 : Cité du Livre

Les aventures de Till l’Espiègle - Gaëtan Dorémus et Philippe Lechermeier du 6 avril au 25 mai

Till est malicieux, farceur et tendre, il voyage d’une ville à l’autre à la recherche d’argent, de nourriture et de l’amour. Il rencontre énormément de monde, il se cache, il s’éclipse, mais qui est-il ? Till est un peu chacun de nous…

Avec Till l’Espiègle, Philippe Lechermeier et Gaëtan Dorémus revisitent ce mythique personnage de la littérature traditionnelle allemande à travers trois albums jeunesse, riches en rebondissements et truculents à souhait.

Entre le saltimbanque et le bouffon du roi, Till l’Espiègle s’inscrit dans la veine comique de la farce. Till s’incarne dans une figure mi-homme mi-animal à la longue queue jaune et noire de Marsupilami.
Durant ses errances, il rencontre ainsi tout un bestiaire improbable et délirant depuis le général ventripotent au bec clarinette jusqu’à la grenouille boulangère haltérophile. Mais c’est bien Till, le bon petit diable, qui demeure au centre de ces aventures, croqué en pleine action, grimaçant, sautant, ricanant…

Cette exposition de Till l’Espiègle pour petits et grands, offre à tous, la possibilité de découvrir une version renouvelée et cependant fidèle d’un grand personnage populaire. Elle présente le travail en binôme des auteurs avec esquisses préparatoires, citations, illustrations, et montre que réinventer un personnage rigolo, c’est du sérieux !

Étape 9 : Médiathèque Les Carmes à Pertuis

Bonbon super - Saïd Sassine du 6 avril au 22 mai

Après les mangas Wakfu et Shochu, Saïd Sassine se lance avec Bonbon Super dans une nouvelle aventure et nous propose de découvrir le making-of de la création d’une bande dessinée.

Vivant à l’écart de l’île Coco, le chien Cassius porte le deuil de sa femme quand deux bonbons tombés de l’espace viennent le percuter. Un bonbon rose et un autre jaune, Amande et Praline qui vont alors bouleverser son quotidien et tout mettre en oeuvre pour lui redonner goût à l’existence. Mais tout ne se passera pas comme prévu car un troisième bonbon tombe entre les mains de Stan, le jeune prince des enfers !

Saïd Sassine prépare ici une nouvelle série pour les Éditions Glénat dont les premières pages sont en prépublication dans le magazine Supertchô ! Des Super Girls qui font penser à Sailor Moon ou encore à Gigi.
L’auteur imagine ici un univers complexe, celui des enfers et d’une île paradisiaque peuplée de drôles d’autochtones. Au fil des aventures nos héroïnes vont muter, leurs pouvoirs vont s’accroître et leurs personnalités se modifier. Saïd Sassine joue avec le jeu des apparences et trace dans l’esprit Manga, avec Bonbon Super une saga dont le véritable enjeu reste celui de l’Amour.

Pour l’exposition, l’auteur nous propose de découvrir la genèse de Bonbon Super. Comment se dessinent de nouveaux personnages, comment s’inventent de nouveaux décors, comment s’écrit une grande histoire. Il crée pour l’occasion une série d’images inédites présentant l’univers d’Amande, Praline et le monde dans lequel elles évoluent. Il réalise d’immenses fresques panoramiques pour découvrir nos héroïnes et leurs métamorphoses en Super Girl. Une véritable plongée XXL dans un nouveau Manga, le making-of d’une création toute en bande dessinée.

Derniers articles